Chez les Autochtones
La Chine et les Indes
Chronologie des voyages
Mot voyageur
La vie et la mort de Champlain



Contactez-nous


La vie et la mort de Champlain

On ne sait presque rien des premières années de Samuel de Champlain, sauf qu'il est né à Brouage et qu'il a grandi dans une famille de navigateurs. Si les historiens s'entendent sur le fait que Champlain était très discret sur sa vie privée, ils ne s'entendent pas, entre autres choses, sur son année de naissance, sur sa condition sociale et sur son voyage de 1599 à 1601.

Pour ajouter à cette confusion, deux controverses entourent la mort de Champlain : son testament et l'emplacement de sa tombe.

Plaque sur la statue de Samuel de Champlain

Plaque sur la statue de Samuel de Champlain sur la pointe Nepean à Ottawa
Musée canadien des civilisations/96-9



Champlain meurt le 25 décembre 1635, après quelques semaines de maladie. Son testament donne lieu à un procès célèbre. Pour résumer, Champlain, fervent catholique, lègue tout à la Vierge Marie. Bien sûr, cette personne étant décédée avant lui, cela rend le testament caduc. Les héritiers, incluant sa femme, finissent par recevoir leur part d'héritage.



Faux portrait de Samuel de Champlain

Faux portrait de Samuel de Champlain, inspiré d'une gravure de Michel Particelli d'Emery, par Balthazar Moncornet, 1854
Archives nationales du Canada/C-6643



Depuis 150 ans, la sépulture de Champlain à Québec fait l'objet de recherches acharnées. Récemment, durant les années 1980, certaines personnes procèdent à des fouilles, quelquefois clandestines, pour découvrir la sépulture du fondateur de Québec. Les experts y vont de leurs hypothèses et de leurs arguments pour ou contre ces fouilles. Jusqu'à ce jour, personne n'a réussi à déterminer l'emplacement exact de la tombe de Champlain.

Pouvez-vous deviner quelle était la population de la Nouvelle-France à la mort de Champlain, le 25 décembre 1635 ?


150 Européens.

Diverses sources estiment que la population de la région appelée Nouvelle-France au début du 17e siècle, avant la grande épidémie de variole de 1639 à 1640, s'élevait à des dizaines de mille. Champlain lui-même, pour la période de 1615 à 1616, estimait que la population huronne était de 30 000. Les écrits de Gabriel Sagard révèlent que la population huronne était de 30 000 à 40 000 (Trigger, p. 233). Des recherches plus récentes démontrent que la population entière des Autochtones dans l'est de l'Amérique du Nord serait entre 110 000 et 160 000 (Trigger, p. 241).





© ROPFO 2001. Tous droits réservés.
Conception