Chez les Autochtones
Alimentation
Loisirs
Religion
Santé
Traite des fourrures
Troc entre Amérindiens et Européens
Vêtements et raquettes
La Chine et les Indes
Chronologie des voyages
Mot voyageur
La vie et la mort de Champlain



Contactez-nous


Chez les Autochtones à l'époque de Champlain : le troc

Le troc signifie un échange en nature, c'est-à-dire sans argent. Européens et Amérindiens pratiquent le troc.



Champlain et les Amérindiens lors d'une séance de troc

Illustration de Francis Back démontrant Champlain et les Amérindiens lors d'une séance de troc
Francis Back/Musée canadien des civilisations/S94-13213



Les tribus autochtones convoitent des étoffes et des bijoux, des chaudières, des couteaux et des haches. D'ailleurs, les haches représentent tout un progrès sur leurs instruments de pierre. Très vite, les outils de pierre sont remplacés par le fer.



Chaudrons trouvés dans le sud de l'Ontario

Chaudrons trouvés dans le sud de l'Ontario, première moitié du 17e siècle
Jean-Luc Pilon/Musée canadien des civilisations

Couteaux trouvés en Ontario

Couteaux trouvés en Ontario. Celui du milieu est un couteau à cran français typique du 17e siècle.
Jean-Luc Pilon/Musée canadien des civilisations



Haches françaises trouvées en Ontario

Haches françaises trouvées en Ontario, première moitié du 17e siècle
Jean-Luc Pilon/Musée canadien des civilisations



Les Européens de leur côté recherchent le plus souvent des fourrures. Ils donnent même de l'eau-de-vie aux Autochtones afin d'en obtenir.

Une autre forme de troc sert les intérêts des Européens et des Autochtones. Ces derniers donnent des fourrures à Champlain s'il promet de leur prêter son appui militaire. En d'autres mots, en échange de peaux d'animaux, Champlain doit aller combattre les Iroquois.



Village d'Onondaga

Village d'Onondaga. Attaque par les Hurons, les Algonquins et les auxiliaires français, 1615 [ca 1632]
Archives nationales du Canada/C-5749/Détail



Message des ancêtres…

« Les grands guerriers ne se battent pas toujours ; grâce à la sagesse, ils sont des artisans de paix. » Loi tribale n° 103 des Algonquins de l'Est





© ROPFO 2001. Tous droits réservés.
Conception