Chez les Autochtones
La Chine et les Indes
Chronologie des voyages
Mot voyageur
Coureur des bois
Exploitation  forestière
Canot
La vie et la mort de Champlain



Contactez-nous


Le mot voyageur

16e siècle (début 1500)
17e siècle (vers 1650)
18e siècle (début 1700)
19e siècle (vers 1850)
20e siècle
21e siècle

Savez-vous que…?

    Le mot voyageur est intimement lié à l'histoire de l'exploration de l'Amérique du Nord ainsi qu'à la traite des fourrures et à la coupe du bois.

    Le mot voyageur a pris des sens différents au Canada français. En effet, les dictionnaires de France ne relèvent pas toutes les définitions qu'on retrouve au Canada français. Ce mot fait partie de l'histoire de l'Amérique du Nord. D'ailleurs, les Canadiens anglais et les Américains l'ont emprunté du français et en ont même conservé l'orthographe.

Voici l'étymologie, c'est-à-dire l'histoire du mot voyageur à travers les siècles, en Amérique du Nord.


16e siècle (début 1500)

Personne qui voyage pour voir de nouveaux pays, dans un but de découverte ou d'étude. Samuel de Champlain fait partie de ce type de voyageur.



Un colon de la baie d'Hudson au 17e siècle.

Un colon de la baie d'Hudson au 17e siècle
Archives nationales du Canada/C-1020/Détail

17e siècle (vers 1650)

Marchand expérimenté dans les expéditions de traite. Il travaille soit à son propre compte, soit en société, ou encore avec des marchands établis. À partir de 1681, il doit détenir un permis remis par les autorités pour se rendre chez les Amérindiens faire le commerce des fourrures.

Il se déplace en canot.



18e siècle (début 1700)

On commence à parler de marchand voyageur qui désigne un homme travaillant à son propre compte. Il transporte des marchandises aux postes de traite en territoire amérindien. Parfois, il y passe un hiver ou plus avant de revenir avec des peaux.

On appelle aussi voyageur un homme engagé pour effectuer diverses tâches (guide, interprète, canoteur, porteur, etc.) dans les régions sauvages durant les voyages d'exploration.



19e siècle (vers 1850)

Travailleur qui monte à tous les ans faire l'exploitation forestière dans les chantiers. On l'appelle aussi homme de chantier, bûcheron, cageur, draveur, raftsman et même coureur des bois. Il s'occupe de la coupe et du flottage du bois.

Le mot prend ensuite le sens qu'on lui connaît aujourd'hui. Le voyageur est une personne qui est en voyage pour son agrément ou qui voyage beaucoup. Notez bien que dans les définitions précédentes, voyageurs réfère toujours à des hommes, tandis qu'ici il inclut des femmes. Certains voyageurs composent des récits de voyage qui sont parfois publiés.

Coureur des bois

Coureur des bois
Archives nationales du Canada/C-5746/Détail


Le voyageur canadien est un homme au tempérament aventureux, propre à tout, capable d'être, tantôt, successivement ou tout à la fois, découvreur, interprète, bûcheron, colon, chasseur, pêcheur, marin, guerrier. Il possède toutes ces qualités, en puissance, alors même qu'il n'a pas encore eu l'occasion de les exercer toutes.

Extrait tiré de Forestiers et voyageurs, de Joseph-Charles Taché, 1863


20e siècle

On emploie le mot commis-voyageur pour désigner un marchand qui se déplace pour vendre ses produits.

De plus en plus, le mot « touriste » remplace voyageur, à mesure que cette industrie prend de l'importance. « Touriste » vient de l'anglais, tour, voyage.

À la fin du siècle, un nouveau voyageur fait son apparition : l'internaute.


21e siècle

L'internaute se promène entre terres et mers. Parler de site évoque le monde terrestre ; de websurfer ou de naviguer renvoie à l'univers maritime. Les pirates modernes s'appellent les hackers.

Le voyageur virtuel d'aujourd'hui est au centre d'Internet. Et, comme par le passé, les puissances, petites ou grandes, rêvent de contrôler les routes commerciales.

Internet bouleverse les conceptions de l'espace et du temps pour le voyageur. Dans le monde virtuel, on ne voit plus la route passer ! Le voyage n'est-il pas censé englober toute l'expérience du chemin parcouru, et non pas seulement l'arrivée à destination ?





© ROPFO 2001. Tous droits réservés.
Conception