Apprentissage
Jeux



Contactez-nous


Apprentissage


Astrolabe de Champlain



L'astrolabe de Champlain

L'astrolabe de Champlain
Musée canadien des civilisations/S94-37602



C'est en 1613 que Champlain perd son astrolabe sans lequel il a beaucoup de difficultés à s'orienter. Étonnament, plus de deux siècles plus tard, en 1867, Edward Lee, un jeune fermier de 14 ans de la ville de Cobden en Ontario, retrouve, dans un champ qu'il laboure, l'astrolabe qui aurait appartenu à Samuel de Champlain.

Le capitaine Cowley, commandant d'un bateau à vapeur sur le lac Muskrat, offre dix dollars au jeune Lee en échange de l'astrolabe, ce qui est une très bonne somme à l'époque. Lee accepte de lui céder l'astrolabe de Champlain mais ne reçoit jamais l'argent en échange.

Cowley vend ensuite l'astrolabe au président de la compagnie R.W. Cassels, de Toronto, compagnie pour laquelle il travaille. Ce dernier le vend à un grand collectionneur de New-York, Samuel Hoffman. Puis, en 1942, l'astrolabe est légué à la New York Historical Society qui en reste propriétaire jusqu'en 1989.

La même année, l'astrolabe revient au Canada, au gouvernement fédéral, alors que le ministère des Communications en fait l'acquisition pour le Musée canadien des civilisations.



Coffret de l'astrolabe de Champlain

Coffret de l'astrolabe de Champlain
Musée canadien des civilisations/S95-25105



L'astrolabe de Champlain est le plus petit des 35 astrolabes nautiques d'origine française que l'on a conservés. Cet instrument est en très bon état, malgré l'absence d'un petit anneau vissé au bas du cercle de l'astrolabe et qui sert à y suspendre un poids pour le stabiliser.

Glossaire

Voici quelques mots de l'époque de Champlain :

Algoumekins : groupe d'Autochtones que Champlain aurait nommé
« Algonquins ». Entre eux, ces Amérindiens s'appellent « Anishnabeks », c'est-à-dire les vrais hommes.

Bouille ou boulle : bouleau.

Cabaner : installer des cabanes en guise de campement.

Canadien : Amérindien.

Lieue : ancienne mesure itinéraire valant plus ou moins 4 km.

Matachias : peinture sur la peau, tatouage ; cordes ou fils de couleurs vives tressés ou décorés de grains de bois ou de verroterie.

Perles trouvées en Ontario

Perles trouvées dans les municipalités de Barton,
Trafalgar et Nelson en Ontario, première moitié du 17e siècle
Jean-Luc Pilon/Musée canadien des civilisations

Patenôtre : grains de chapelet, collier ou autre parure corporelle.

Pétun : tabac.

Pétuner : fumer.

Sagamité : bouillie que les Indiens fabriquent en écrasant des grains de maïs entre deux pierres et en les mélangeant à de l'eau.



Indiens broyant des grains, 1664

Indiens broyant des grains, 1664
Archives nationales du Canada/C-99218



Sagamo : chef amérindien.

Saut : chutes, rapides.

Tabagie : festin.

Terrir : découvrir la terre.

Tiré de Champlain, Des Sauvages, texte établi, présenté et annoté par Alain Beaulieu et Réal Ouellet, Éditions Typo, Montréal, 1993, pp. 239-241.

Savez-vous que…?

Personne ne connaît l'année exacte de la naissance de Champlain. Certains historiens proposent 1567, d'autres 1570.

Le lac Champlain, que l'explorateur découvre en 1609, se situe dans les États américains de New York et du Vermont, et frôle la frontière canadienne, au Québec.

Samuel de Champlain est le premier à porter le titre de gouverneur de la Nouvelle-France, de 1633 à 1635.

La patronne catholique des voyageurs s'appelle Sainte Anne.

Les deux grandes familles linguistiques chez les Amérindiens du nord-est de l'Amérique du Nord sont les Algiques et les Iroquois.



Iroquois Caughnewanga dans le rôle de leurs ancêtres

Iroquois Caughnewanga dans le rôle de leurs ancêtres au
défilé du tricentenaire de Québec, juillet 1908
Archives nationales du Canada/PA-24702/Détail



C'est Voltaire, écrivain et philosophe français du 18e siècle, qui a lancé avec dédain cette expression devenue célèbre pour désigner le Canada :
« quelques arpents de neige ».

L'astrolabe de Champlain a été retrouvé l'année même de la Confédération, en 1867. Comme s'il voulait nous rappeler le rôle qu'il a joué dans la fondation du Canada !

À la mort de Champlain, la population de la Nouvelle-France n'était que de 150 personnes. En Nouvelle-Angleterre, la population s'élevait déjà à 2 000 âmes.

Les Autochtones de l'Amérique du Nord portent aussi le nom d'Indiens et d'Amérindiens parce que les Européens, en mettant le pied sur le continent, pensaient avoir atteint les Indes. Cela explique aussi pourquoi les Canadiens appellent le maïs « blé d'Inde ».

En plus d'être le fondateur de Port-Royal et de Québec, on appelle Samuel de Champlain « le père de la Nouvelle-France » et même « le fondateur du Canada ».

Samuel de Champlain a fondé Port-Royal en 1604 et Québec en 1608.

Des fouilles archéologiques prouvent que Champlain et Lescarbot ont pratiqué la chasse à la baleine à l'île aux Basques, située vis-à-vis Trois-Pistoles, et à Chaffaud-aux-Basques, à environ 15 km de Tadoussac.

Sur la statue que l'on peut apercevoir sur la pointe Nepean à Ottawa, Samuel de Champlain tient son astrolabe dans une main. Si vous observez bien l'astrolabe, vous constaterez qu'il est à l'envers ! L'anneau de l'astrolabe sert à soutenir un poids pour stabiliser l'instrument et doit donc viser vers le bas. Sur la statue, l'anneau de l'astrolabe pointe vers le haut !



Statue de Samuel de Champlain sur la pointe Nepean à Ottawa

Statue de Samuel de Champlain sur la pointe Nepean à Ottawa
Musée canadien des civilisations/S98-393/Détail



Un des plus anciens instruments de navigation, l'astrolabe est apparu vers 170 avant J.C. Il sert à déterminer l'heure et à mesurer la latitude mais n'indique pas la longitude. Au 16e siècle, l'astrolabe nautique répond aux stricts besoins des navigateurs, dont le nombre augmente sans cesse.

L'astrolabe comporte deux aiguilles. Pour l'utiliser, le navigateur doit tendre son instrument vers l'horizon en direction du nord. Il faut toujours se fier au nord pour s'orienter avec l'astrolabe. Une autre aiguille doit pointer vers le soleil, indiquant ainsi un nombre. Pour connaître la valeur de ce chiffre qui donne le degré de latitude, l'utilisateur consulte un livret contenant les tables astronomiques.




© ROPFO 2001. Tous droits réservés.
Conception